Mon père, Gérard Escougnou, Les Titans

Du 7 au 19 janvier 2017 

  • < 1 / 13 >

    Vue d’exposition « Mon père, Gérard Escougnou, Les Titans »
    Galerie Escougnou-Cetraro, Paris

  • < 2 / 13 >

    Vue d’exposition « Mon père, Gérard Escougnou, Les Titans »
    Galerie Escougnou-Cetraro, Paris

  • < 3 / 13 >

    Vue d’exposition « Mon père, Gérard Escougnou, Les Titans »
    Galerie Escougnou-Cetraro, Paris

  • < 4 / 13 >

    Vue d’exposition « Mon père, Gérard Escougnou, Les Titans »
    Galerie Escougnou-Cetraro, Paris

  • < 5 / 13 >

    Vue d’exposition « Mon père, Gérard Escougnou, Les Titans »
    Galerie Escougnou-Cetraro, Paris

  • < 6 / 13 >

    Vue d’exposition « Mon père, Gérard Escougnou, Les Titans »
    Galerie Escougnou-Cetraro, Paris

  • < 7 / 13 >

    Vue d’exposition « Mon père, Gérard Escougnou, Les Titans »
    Galerie Escougnou-Cetraro, Paris

  • < 8 / 13 >

    Vue d’exposition « Mon père, Gérard Escougnou, Les Titans »
    Galerie Escougnou-Cetraro, Paris

  • < 9 / 13 >

    Vue d’exposition « Mon père, Gérard Escougnou, Les Titans »
    Galerie Escougnou-Cetraro, Paris

  • < 10 / 13 >

    Vue d’exposition « Mon père, Gérard Escougnou, Les Titans »
    Galerie Escougnou-Cetraro, Paris

  • < 11 / 13 >

    Vue d’exposition « Mon père, Gérard Escougnou, Les Titans »
    Galerie Escougnou-Cetraro, Paris

  • < 12 / 13 >

    Vue d’exposition « Mon père, Gérard Escougnou, Les Titans »
    Galerie Escougnou-Cetraro, Paris

  • < 13 / 13 >

    Vue d’exposition « Mon père, Gérard Escougnou, Les Titans »
    Galerie Escougnou-Cetraro, Paris

Après quasiment trois ans d’expositions à la Galerie Escougnou-Cetraro, le visiteur sera peut-être surpris d’y trouver pour la première fois une exposition de peintures se situant clairement dans la tradition de l’expressionnisme abstrait. Mais il suffira au visiteur d’un deuxième regard pour se rendre compte que le peintre dont le travail est exposé est Gérard Escougnou, mon père. Pourquoi ce geste ? Et de quel type de geste s’agit-il ?
C’est le désir d’un fils de rendre hommage à son père, de dévoiler l’importance du lien et de ses origines. C’est le besoin d’un père de construire un projet avec son fils pour donner corps au lien et poursuivre plus loin que les origines. C’est aussi la mise en vision de ce qui ne peut pas toujours être dit, le silence d’un père, un artiste, sur sa nécessité à pousser la porte de l’atelier pour enlever la chemise et peindre, le silence entre deux êtres, ou entre les êtres.

Edouard Escougnou-Cetraro