Ludovic Sauvage
Le jardin des pieuvres
du 15 au 18.06.16

télécharger le communiqué de presse 

David de Tscharner
Fantasmagorie
du 14.05 au 04.06.16

télécharger le communiqué de presse 

  • < 1 / 5 >

    David de Tscharner FANTASMAGORIE, 2016

  • < 2 / 5 >

    David de Tscharner FANTASMAGORIE, 2016

  • < 3 / 5 >

    David de Tscharner FANTASMAGORIE, 2016

  • < 4 / 5 >

    David de Tscharner FANTASMAGORIE, 2016

  • < 5 / 5 >

    David de Tscharner FANTASMAGORIE, 2016

My end is a legend
Julie Grosche – Florian Sumi
23.03.16

My end is a legend, est la première phase d’une collaboration entre Julie Grosche et Florian Sumi.
Elle consiste en une présentation de deux objets : un paratonnerre et une puce électronique. Chacun représentant une dynamique d’avenir technologique. Leur existence n’est révélée que par la présence d’autres objets avec lesquels ils entretiennent une relation. Ces objets ‘relationnels’ considérés comme des bribes d’accès à l’objet choisi, deviennent les témoins de la réalité du paratonnerre et de la puce électronique.
C’est par l’intermédiaire d’un DataCenter que les artistes ont constitué un stock de données images, de données analytiques et de données sonores correspondant aux deux objets choisis. Ces données apparaissent dans un film muet entremêlant les résultats DataImages ainsi collectés, qu’un acteur, ‘Berger moderne’, accompagne en jouant les données sonores issues de la collecte.
Les artistes entreprennent une tentative d’approcher la réalité d’un objet, réalité inaccessible au vu de notre limite humaine à les considérer. Par la relation à ses qualités secondaires, aux objets qui le révèlent par corrélation à lui, et dans la limite de nos connaissances modernes répertoriées en Data, ils esquissent une tentative de visualisation du monde par interconnexion.

Communiqué de Presse

  • < 1 / 15 >

    Julie Grosche – Florian Sumi, My end is a legend, 2015.

  • < 2 / 15 >

    Julie Grosche – Florian Sumi, My end is a legend, 2015.

  • < 3 / 15 >

    Julie Grosche – Florian Sumi, My end is a legend, 2015.

  • < 4 / 15 >

    Julie Grosche – Florian Sumi, My end is a legend, 2015.

  • < 5 / 15 >

    Julie Grosche – Florian Sumi, My end is a legend, 2015.

  • < 6 / 15 >

    Julie Grosche – Florian Sumi, My end is a legend, 2015.

  • < 7 / 15 >

    Julie Grosche – Florian Sumi, My end is a legend, 2015.

  • < 8 / 15 >

    Julie Grosche – Florian Sumi, My end is a legend, 2015.

  • < 9 / 15 >

    Julie Grosche – Florian Sumi, My end is a legend, 2015.

  • < 10 / 15 >

    Julie Grosche – Florian Sumi, My end is a legend, 2015.

  • < 11 / 15 >

    Julie Grosche – Florian Sumi, My end is a legend, 2015.

  • < 12 / 15 >

    Julie Grosche – Florian Sumi, My end is a legend, 2015.

  • < 13 / 15 >

    Julie Grosche – Florian Sumi, My end is a legend, 2015.

  • < 14 / 15 >

    Julie Grosche – Florian Sumi, My end is a legend, 2015.

  • < 15 / 15 >

    Julie Grosche – Florian Sumi, My end is a legend, 2015.

Andrés Ramirez
14 – The sky can’t be red
67 – The sky was deep red
du 10.07 au 12.08.15 

  • < 1 / 11 >

    Andrés Ramirez.
    Vue de l’exposition « 14 – The sky can’t be red, 67 – The sky was deep red ». Project Room, 10 juillet-12 septembre 2015.

  • < 2 / 11 >

    Andrés Ramirez.
    Vue de l’exposition « 14 – The sky can’t be red, 67 – The sky was deep red ». Project Room, 10 juillet-12 septembre 2015.

  • < 3 / 11 >

    Andrés Ramirez.
    Vue de l’exposition « 14 – The sky can’t be red, 67 – The sky was deep red ». Project Room, 10 juillet-12 septembre 2015.

  • < 4 / 11 >

    Andrés Ramirez.
    Vue de l’exposition « 14 – The sky can’t be red, 67 – The sky was deep red ». Project Room, 10 juillet-12 septembre 2015.

  • < 5 / 11 >

    Andrés Ramirez.
    Vue de l’exposition « 14 – The sky can’t be red, 67 – The sky was deep red ». Project Room, 10 juillet-12 septembre 2015.

  • < 6 / 11 >

    Andrés Ramirez.
    Vue de l’exposition « 14 – The sky can’t be red, 67 – The sky was deep red ». Project Room, 10 juillet-12 septembre 2015.

  • < 7 / 11 >

    Andrés Ramirez.
    Vue de l’exposition « 14 – The sky can’t be red, 67 – The sky was deep red ». Project Room, 10 juillet-12 septembre 2015.

  • < 8 / 11 >

    Andrés Ramirez.
    Vue de l’exposition « 14 – The sky can’t be red, 67 – The sky was deep red ». Project Room, 10 juillet-12 septembre 2015.

  • < 9 / 11 >

    Andrés Ramirez.
    Vue de l’exposition « 14 – The sky can’t be red, 67 – The sky was deep red ». Project Room, 10 juillet-12 septembre 2015.

  • < 10 / 11 >

    Andrés Ramirez.
    Vue de l’exposition « 14 – The sky can’t be red, 67 – The sky was deep red ». Project Room, 10 juillet-12 septembre 2015.

  • < 11 / 11 >

    Andrés Ramirez.
    Vue de l’exposition « 14 – The sky can’t be red, 67 – The sky was deep red ». Project Room, 10 juillet-12 septembre 2015.

Emmanuel Le Cerf
The Party, The Mother, The Ride
du 10 au 20.06.15 

Le travail d’Emmanuel Le Cerf est fondé sur la recherche et la découverte de nouvelles matières visuelles. Dans The party, The Mother, The Ride l’artiste observe le flux d’images filmiques qui portent en elles les intentions et les préoccupations d’un monde révolu. Au fur et à mesure de son observation, l’écart temporel qui donne aux visages et aux gestes un caractère d’absurdité semble s’estomper vers une sensation de familiarité qui le pousse à s’emparer de ces images pour leur restituer une existence faite d’une matérialité nouvelle. L’artiste fige les images en mouvement dans les pages épaisses d’un journal jamais existé. En contrepoids de la légèreté des screenshots tant pratiqués aujourd’hui, par une opération de transfert, l’artiste ancre les figures dans la densité du plâtre. Extraites de leur contexte de départ, elles n’ont pas fini pour autant de nous raconter une époque. Dans la Project Room de la galerie Emmanuel Le Cerf nous présente une nouvelle phase de sa recherche, toujours axée sur la tentative de réinventer notre rapport à l’image à sa matérialité et sa temporalité.

  • < 1 / 12 >

    Emmanuel Le Cerf
    The Party, The Mother, The Ride 2015

  • < 2 / 12 >

    Emmanuel Le Cerf
    The Party, The Mother, The Ride, 2015

  • < 3 / 12 >

    Emmanuel Le Cerf
    The Party, The Mother, The Ride, 2015

  • < 4 / 12 >

    Emmanuel Le Cerf
    The Party, The Mother, The Ride, 2015

  • < 5 / 12 >

    Emmanuel Le Cerf
    The Party, The Mother, The Ride, 2015

  • < 6 / 12 >

    Emmanuel Le Cerf
    The Party, The Mother, The Ride, 2015

  • < 7 / 12 >

    Emmanuel Le Cerf
    The Party, The Mother, The Ride, 2015

  • < 8 / 12 >

    Emmanuel Le Cerf
    The Party, The Mother, The Ride, 2015

  • < 9 / 12 >

    Emmanuel Le Cerf
    The Party, The Mother, The Ride, 2015

  • < 10 / 12 >

    Emmanuel Le Cerf
    The Party, The Mother, The Ride, 2015

  • < 11 / 12 >

    Emmanuel Le Cerf
    The Party, The Mother, The Ride, 2015

  • < 12 / 12 >

    Emmanuel Le Cerf
    The Party, The Mother, The Ride, 2015