DISTANCES

18.04.15 – 16.05.15 

Emanuele Becheri, Jessica Boubetra, David Casini, T-Yong Chung, Serena Fineschi, Muriel Joya, Giovanni Kronenberg, Marco Andrea Magni, Audrey Martin, Pia Rondé & Fabien Saleil, Enrico Vezzi.

Un co-commissariat de Matteo Innocenti avec le laboratoire DERIVA.
Dans le cadre du projet Distances, un échange entre commissaires et artistes entre les villes de Prato (IT) et Paris (FR), juin 2014 – juin 2015

  • < 1 / 18 >

    Vue de l’exposition Distances.
    Da gauche à droite :
    David Casini, Millecentoventiduechilometri, 2015.
    Pia Rondé & Fabien Saleil, Trama #2, 2015.
    T-Yong Chung, Tre brothers, 2015.
    Marco Andrea Magni, À ciel ouvert, 2015.

  • < 2 / 18 >

    Marco Andrea Magni, A ciel ouvert, 2015.
    Serena Fineschi, Lo spazio che ci separa non ha nulla a che fare con la misura di tutte le cose, 2015.
    Giovanni Kronenberg, Di cui il mondo non avrebbe recato segno mai più, 2014.
    Tronc fossile d’époque miocène supérieure, miel de bois, cendre du volcan Hverfjall.

  • < 3 / 18 >

    Jessica Boubetra
    D’un pas infini, 2015.
    Malachite, marbre, plomb. 25 x 70 x 37 cm. Exemplaire unique.

  • < 4 / 18 >

    Giovanni Kronenberg
    Di cui il mondo non avrebbe recato segno mai più, 2014.
    Tronc fossile d’époque miocène supérieure, miel de bois, cendre du volcan Hverfjall.
    Exemplaire unique.

  • < 5 / 18 >

    Marco Andrea Magni, A ciel ouvert, 2015.
    Serena Fineschi, Lo spazio che ci separa non ha nulla a che fare con la misura di tutte le cose, 2015.

  • < 6 / 18 >

    Marco Andrea Magni, A ciel ouvert, 2015.

  • < 7 / 18 >

    Vue de l’exposition Distances.
    Da gauche à droite :
    Jessica Boubetra, Transfert aux abstractions, 2015.
    David Casini, Millecentoventiduechilometri, 2015.
    Pia Rondé & Fabien Saleil, Trama #2, 2015.

  • < 8 / 18 >

    Vue de l’exposition Distances.
    Da gauche à droite :
    Jessica Boubetra, Transfert aux abstractions, 2015.
    David Casini, Millecentoventiduechilometri, 2015.
    Pia Rondé & Fabien Saleil, Trama #2, 2015.

  • < 9 / 18 >

    Vue de l’exposition Distances.
    Da gauche à droite :
    Jessica Boubetra, Transfert aux abstractions, 2015.
    David Casini, Millecentoventiduechilometri, 2015.

  • < 10 / 18 >

    Pia Rondé & Fabien Saleil, Trama #2, 2015.
    Sténopé. Peinture photosensible sur bois.
    200 x 35 cm.
    Exemplaire unique.
    Collection privée.

  • < 11 / 18 >

    Jessica Boubetra
    Transfert aux abstractions, 2015.
    Bois marbré, verre, tiges filetées, boulons.
    Exemplaire unique.
    Collection privée.

  • < 12 / 18 >

    Enrico Vezzi et Remo Zanin
    Le rêve de Andrea G. , 2015
    Tourne disque, casque, vinyle en plexiglas.
    Audio 00:15:00

  • < 13 / 18 >

    T-Yong Chung,
    Tre brothers, 2015.
    Trois bustes classiques en plâtre modifiés.
    Exemplaires uniques.

  • < 14 / 18 >

    T-Yong Chung,
    Tre brothers, 2015.
    Trois bustes classiques en plâtre modifiés.
    Exemplaires uniques.

  • < 15 / 18 >

    T-Yong Chung,
    Tre brothers, 2015.
    Trois bustes classiques en plâtre modifiés.
    Exemplaires uniques.

  • < 16 / 18 >

    T-Yong Chung,
    Tre brothers, 2015.
    Trois bustes classiques en plâtre modifiés.
    Exemplaires uniques.

  • < 17 / 18 >

    Audrey Martin et Muriel Joya
    Espaces transitoires, 2015.
    Installation, 6 photographies, support mural.
    Dimensions variables.
    Exemplaire unique.

  • < 18 / 18 >

    Audrey Martin et Muriel Joya
    Espaces transitoires, 2015.
    Installation, 6 photographies, support mural.
    Dimensions variables.
    Exemplaire unique.

Du 18 avril au 16 mai 2015 la Galerie See studio accueille le deuxième volet de l’exposition “Distances”, un projet d’échange entre artistes et curateurs, qui comprend deux résidences, deux expositions et une publication, entre les villes de Prato (IT) et de Paris (FR). 

Suite à une première phase de dialogue à distance, via une correspondance constituée par l’échange d’images, textes, impressions, entre tous les intervenants, il a été possible d’extrapoler une tendance commune à s’interroger sur la question de la distance, non seulement comme condition inhérente au projet, mais aussi comme question plus générale évoquée par tous les documents qui ont été échangés. La distance est ainsi présente sur différents plans. Elle est en ce sens au cœur de la rencontre entre les artistes de cultures différentes, dans l’écart entre deux territoires, l’un français l’autre italien et dans le concept même interrogé par les acteurs du projet. Ces distances finissent paradoxalement par se relier afin de construire la cartographie d’une exposition dépassant les frontières existantes.

La première résidence et le premier volet de l’exposition “Distances”en cours à LATO – Prato (IT) jusqu’au 2 mai 2015, ont été possibles grâce au parrainage de la Ville de Prato, en collaboration avec l’Institut Français de Florence, Interno 8 – Artforms (Prato), LATO (Prato), la Galerie See studio (Paris), le laboratoire DERIVA (Paris), et PMG Italia (Florence).