Reflets, coïncidence.  Une exposition de Muriel Leray et Anna Tomaszewski 10.01.15 – 14.02.15 commissariat : Deriva

  • < 1 / 18 >

    Vue de l’exposition “Reflets, coïncidence” Muriel Leray et Anna Tomasziewski

  • < 2 / 18 >

    Vue de l’exposition “Reflets, coïncidence” Muriel Leray et Anna Tomasziewski

  • < 3 / 18 >

    Vue de l’exposition “Reflets, coïncidence” Muriel Leray et Anna Tomasziewski

  • < 4 / 18 >

    Vue de l’exposition “Reflets, coïncidence” Muriel Leray et Anna Tomasziewski

  • < 5 / 18 >

    Vue de l’exposition “Reflets, coïncidence” Muriel Leray et Anna Tomasziewski

  • < 6 / 18 >

    Vue de l’exposition “Reflets, coïncidence” Muriel Leray et Anna Tomasziewski

  • < 7 / 18 >

    Vue de l’exposition “Reflets, coïncidence” Muriel Leray et Anna Tomasziewski

  • < 8 / 18 >

    Vue de l’exposition “Reflets, coïncidence” Muriel Leray et Anna Tomasziewski

  • < 9 / 18 >

    Vue de l’exposition “Reflets, coïncidence” Muriel Leray et Anna Tomasziewski

  • < 10 / 18 >

    Vue de l’exposition “Reflets, coïncidence” Muriel Leray et Anna Tomasziewski

  • < 11 / 18 >

    Vue de l’exposition “Reflets, coïncidence” Muriel Leray et Anna Tomasziewski

  • < 12 / 18 >

    Vue de l’exposition “Reflets, coïncidence” Muriel Leray et Anna Tomasziewski

  • < 13 / 18 >

    Vue de l’exposition “Reflets, coïncidence” Muriel Leray et Anna Tomasziewski

  • < 14 / 18 >

    Vue de l’exposition “Reflets, coïncidence” Muriel Leray et Anna Tomasziewski

  • < 15 / 18 >

    Vue de l’exposition “Reflets, coïncidence” Muriel Leray et Anna Tomasziewski

  • < 16 / 18 >

    Vue de l’exposition “Reflets, coïncidence” Muriel Leray et Anna Tomasziewski

  • < 17 / 18 >

    Vue de l’exposition “Reflets, coïncidence” Muriel Leray et Anna Tomasziewski

  • < 18 / 18 >

    Vue de l’exposition “Reflets, coïncidence” Muriel Leray et Anna Tomasziewski

A.T. : Spectres et espaces d’existence. M.L. : Des espaces que l’on ne peut pas peindre. A.T. : Dualités invariables. M.L. : Mais peut-être que pour eux c’était autre chose.

In his essay ‘beyond painting’, Max Ernst describes his painting ‘Le Jardin de France’ as ‘the fortuitous encounter between two distinct realities on an incongruous plane’. The exposition takes up this narrative of co-existences with the collaboration of two artists, Muriel Leray and Anna Tomaszewski.

Télécharger le communiqué de presse