Altérations #00 – 2014
Installation à protocole de réactivation.
Fonderie Darling, Montréal, Canada.

Constitué en tant que duo en 2012, Aurélie Pétrel et Vincent Roumagnac sont en résidence à HIAP à Helsinki en 2013. En 2014 ils résident à la Fonderie Darling à Montréal en tant que lauréats des résidences croisées France-Québec. Cette même année ils exposent à la fondation Bullukian (Lyon), à l’Espace Galerie de la Cité Internationale de Paris et à L’Angle / Espace d’art contemporain du pays rochois (La Roche sur Foron). En 2015 ils participent notamment aux expositions collectives « Établie afin d’être renversée » à la galerie Michel Journiac (Paris), « Au-delà de l’image (II)», à la Galerie Escougnou-Cetraro (Paris), « Dispositifs » au Centre Dramatique National La Comédie de Caen, Théâtre d’Hérouville-Saint-Clair. En 2016 leur travail est présenté dans le cadre de l’exposition collective « Loin des yeux » au Centre d’art OPTICA ( Montréal ). Leur première exposition personnelle à la Galerie Escougnou-Cetraro (Paris) a lieu cette même année.

Aurélie Pétrel et Vincent Roumagnac mènent depuis 2012 une recherche collaborative en duo. Par le croisement de leurs préoccupations théoriques et de leurs processus de mise en oeuvre, ils entendent répondre au questionnement suivant : quelle est la rencontre possible, opérante et critique, en leur dialogue intermédial ? Leur démarche cherche en effet à faire interagir le travail depuis le théâtre de Roumagnac cherchant à déstabiliser la conventionnelle co-présence entre spectateur et objet représenté par l’expérimentation de dispositifs scéniques à temporalité variable qu’il qualifie d’« hétérochroniques » et les explorations spatiotemporelles du médium photographique de Pétrel opérant depuis les notions d’«image située» et de «partition photographique». Ainsi, depuis leur premier projet Théâtre (theatre), ils configurent ensemble des installations à protocole de réactivation ou des pièces photoscéniques incluant des objets photographiques et répondant à des logiques de visibilité temporellement flottante qui invitent leur spectateur à une expérience du brouillage du temps de la représentation (ou exposition) et de la mutabilité de l’image photographique.